Navigation – Plan du site
Reportage

Haïti, trois mois après le séisme

Florence Priolet

Résumé

En touchant de plein fouet la capitale Port-au-Prince et ses environs, le séisme du 12 janvier a provoqué la mort de plus de 220 000 personnes, en blessant 300 000 autres, sur une population totale estimée à 10 millions d’habitants. Plus de 200 000 maisons ont été détruites ainsi que la grande majorité des infrastructures. Le tremblement de terre a ravagé un pays déjà fragilisé, le plus pauvre des Amériques. Médecins du Monde, présent depuis 20 ans dans ce pays, s’engage sur le long terme auprès du système de santé haïtien et poursuit son action auprès des sinistrés à Port-au-Prince, Petit Goâve et dans la Grande Anse. En avril dernier, trois mois après la catastrophe, nous sommes retournés sur les lieux du désastre.

Haut de page

Texte intégral

1En touchant de plein fouet la capitale Port-au-Prince et ses environs, le séisme du 12 janvier a provoqué la mort de plus de 220 000 personnes, en blessant 300 000 autres, sur une population totale estimée à 10 millions d’habitants. Plus de 200 000 maisons ont été détruites ainsi que la grande majorité des infrastructures. Le tremblement de terre a ravagé un pays déjà fragilisé, le plus pauvre des Amériques. Médecins du Monde, présent depuis 20 ans dans ce pays, s’engage sur le long terme auprès du système de santé haïtien et poursuit son action auprès des sinistrés à Port-au-Prince, Petit Goâve et dans la Grande Anse. En avril dernier, trois mois après la catastrophe, nous sommes retournés sur les lieux du désastre.

A Port-au-Prince, la survie pour plusieurs centaines de milliers de personnes

2Si la phase aigüe de prise en charge des blessés est terminée, les besoins humanitaires et sanitaires restent colossaux, en particulier pour les sans-abri et les milliers de déplacés interne. Avec un système de santé qui a été entièrement jeté à terre, l’aide à la reconstruction et aux soins devra s’inscrire dans la durée.

3Les routes de la capitale ont beau avoir été déblayées, la ville reste comme figée, les maisons ayant conservé la forme que leur a donnée le séisme. Sur de nombreux bâtiments de la ville, on peut toujours lire, à côté d’une croix rouge, l’inscription « A démolir ».

4Tous les sinistrés ayant perdu leur maison ‑ ou ceux qui ont trop peur de retourner y dormir ‑ s’entassent dans de minuscules tentes, regroupées dans des camps improvisés. Sur chaque bout de terrain, dans les rues, les jardins, sur les places ou les terrains de sport, des milliers de tentes sont ainsi sorties des décombres, le plus souvent construites de bric et de broc : des bâches qui protègent du soleil mais pas de la pluie, ou des draps en guise de murs et de toits.

5Sur le 1,3 million de personnes sans abri à Haïti, plus de 700 000 sont à Port-au-Prince, installées dans plus de 400 campements d’hébergement. Des camps de fortune où les conditions de vie relèvent de la survie.

6Les sinistrés qui s’y entassent sont encore aujourd’hui très vulnérables : accès limité à l’assainissement, à l’eau et à la nourriture. Dans ces conditions, les maladies induites par la promiscuité et le manque d’hygiène prolifèrent.

7Et c’est sans compter l’arrivée prochaine de la saison des pluies qui risque d’aggraver la précarité de leur quotidien. Lorsque les premières pluies se sont abattues sur la ville, l’eau et la boue se sont déversées dans les camps, entrainant d’importants risques de glissements de terrain pour les quartiers situés à flanc de collines.

8« Avec l’arrêt progressif de l’aide internationale, conjuguée à l’arrivée de la saison des pluies, nous nous préparons à augmenter le volume de nos activités », souligne Marc van der Mullen, coordinateur du programme d’urgence de MdM.

9Trois mois après le séisme, Médecins du Monde dispense toujours quotidiennement des soins gratuits dans huit quartiers de Port-au-Prince, particulièrement affectés par le tremblement de terre : Mariani, Solinos, Fort National, Carrefour Feuille, Cité Georges, Canapé Vert, Afca et le site d’Automeca, près de l’aéroport.

10« Tous nos dispensaires sont situés au sein des quartiers les plus sinistrés et chacun d’entre eux couvre un camp d’hébergement et ses environs, soit entre 10 000 à 15 000 personnes », explique Marc.

11Sous les grandes tentes installées au cœur des camps, chaque équipe d’une dizaine de personnes, toutes Haïtiennes, assurent chaque jour des consultations de médecine générale, des vaccinations, le dépistage de la malnutrition, un volet de santé reproductive (planning familial, consultations gynécologiques, etc.) et un soutien psychosocial.

Zoom sur les activités de soutien psychosocial

12Une équipe d’une cinquantaine de travailleurs communautaires, tous Haïtiens, se rendent chaque jour de la semaine dans un ou deux de ces camps : quatre travailleurs sociaux font le lien entre les sites et les structures de soins et six équipes de six animateurs animent des ateliers de jeux pour les enfants mais aussi des entretiens et des groupes de parole pour les adultes. Et pour diffuser le plus largement possible l’information, huit crieurs sillonnent les camps et ses alentours, équipés de mégaphones et d’affiches pour informer la population de l’existence de ces cliniques gratuites où il est possible de faire vacciner ses enfants… L’occasion également de faire passer des messages de prévention sur l’hygiène, les contraceptifs mais aussi sur les IST, les violences et le soutien psychosocial…

Le chantier de la santé mentale : un soutien pour les enfants et les adultes

13La population haïtienne est et sera durablement affectée. A chaque réplique ressurgissent la peur, les insomnies et les crises d’angoisses. « Ils ressentent des secousses qui n’existent pas et au moindre choc, au moindre bruit, on les voit soit bondir soit se figer de peur », témoigne Mendelson, l’un des animateurs. Ils souffrent également de dépressions et, selon leurs propres termes, « restent pensifs », c’est-à-dire qu’ils ressassent leur douleur et les moments atroces qu’ils ont vécus.

14Le tremblement de terre a également révélé d’importantes psychoses, surtout chez les adolescents, qui peuvent montrer des signes de schizophrénie. De nombreuses personnes encore hébétées et sous le choc, sortent enfin de chez elles. Mais après trois mois, ces cas relèvent aujourd’hui de la psychiatrie, alors que les structures de prise en charge sont quasi inexistantes en ce moment.

15L’avenir ? Ils ne l’envisagent même pas. Ils n’ont aucun projet et vivent au jour le jour, dans l’angoisse de l’arrêt de l’aide humanitaire, particulièrement des distributions de rations alimentaires.

16Comme chaque matin, dans le camp d’Automeca, l’heure est aux jeux. Sous de grandes tentes, les animateurs de MdM accueillent les enfants du camp. D’un côté de la tente, c’est atelier dessins. Accéus, travailleur social, explique que « juste après le séisme, les enfants dessinaient des maisons détruites et des corps à terre. Les jeux et les dessins les occupent, leur permettent d’exprimer ce qu’ils ressentent. Cela nous permet aussi de détecter les enfants qui restent dans leur coin ou qui ne parlent à personne, à qui nous portons une attention particulière. » De l’autre côté de la tente, les garçons optent plutôt pour le « freestyle », comprenez des ateliers d’improvisation, le plus souvent de rap. « La terre a tremblé, les autres nations sont arrivées et nous devons maintenant lutter pour reconstruire notre pays et reprendre notre vie » improvise un des jeunes garçons devant un groupe d’enfants qui l’applaudissent, chacun passant à tour de rôle.

17Pour les adultes, des entretiens individuels et confidentiels ont été mis en place dans une tente adjacente. Mendelson est l’un des animateurs communautaires qui reçoit chaque jour une quinzaine de personnes. « Nous les écoutons lorsqu’ils ont besoin de parler. Beaucoup sont encore traumatisés. Ils ont peur que tout cela recommence, de vivre une nouvelle catastrophe. Ils paniquent dès que la terre bat à nouveau et je pense que ces séquelles vont durer... Et ils sont très préoccupés par leur devenir. Les femmes sont aussi très inquiètes, elles ne se sentent pas toujours en sécurité dans le camp ». Lorsque l’un d’entre eux nécessite une prise en charge plus importante, Mendelson les réfère vers les hôpitaux partenaires dans lesquels Médecins du Monde travaillait déjà sur la santé mentale.

18Failles de la terre, failles des hommes

19Trente secondes la terre a tremblé

20Trente secondes pour tout écrouler

21Un air d’apocalypse cruelle

22A travers les poussières, l’irréel…

23Haïti,

24Sans cesse les hommes l’ont maltraitée :

25L’esclavage, souvenirs amers,

26L’indépendance payée si chère,

27Les « Tontons Macoutes », les « Chimères »…

28Dictatures, et répressions austères

29L’ont appauvrie jusqu’à sa terre

30Haïti,

31Sans cesse les cieux l’ont maltraitée :

32Les pluies torrentielles et les vents

33Les tempêtes et les ouragans…

34Les boues déferlant du néant

35Ont submergé des mois durant

36Des villes entières et des champs

37Trente secondes la terre a tremblé

38Trente secondes pour tout écrouler

39Un air d’apocalypse cruelle

40A travers les poussières, l’irréel…

41Haïti,

42Cette fois c’est la terre qui défaille

43Pourquoi tant de béton sur une faille ?

44Le sable et le ciment ça se travaille,

45Le dosage n’est pas un détail

46Pourquoi pas assez de ferraille ?

47Mourir là-dessous, tu parles de funérailles !

48Tous ces visages, vides, égarés

49Ces membres lacérés, décharnés

50Jusqu’à l’ultime, jusqu’à l’os.

51Cette tête qui n’est plus qu’une grosse bosse

52Cette petite fille qui ne sait plus marcher

53Et cet enfant recroquevillé

54Trente secondes la terre a tremblé

55Trente secondes pour tout écrouler

56Un air d’apocalypse cruelle

57A travers les poussières, l’irréel…

58Haïti,

59Si la souffrance est à tiroir

60C’est que les gens ont la mémoire

61Mais, malheureusement, faut me croire,

62Ici gouverner n’est pas prévoir !

63Pourvu que cette secousse d’un soir

64Réveille la notion de devoir

65A ceux qui auront le pouvoir

66Les failles sont avant tout celles des hommes

67Plus que du ciel et de la terre en somme !

68Trente seconde la terre à tremblé

69Trente seconde pour tout écrouler

70Combien de temps pour tout redresser ?

71Pour y croire, faut être fou à lier

72Mais eux seuls pourront y arriver !

73Carole Dromer

74Directrice des Opérations internationales de Médecins du Monde

75Vendredi 23 avril 2010, 2h17

76A retrouver sur http://www.facebook.com/​note.php?note_id=386858341751

Un exode massif : 600 000 déplacés dont 120 000 à Grande Anse

77Dans les jours qui ont suivi la catastrophe, de milliers d’Haïtiens ont fui Port-au-Prince et sa région pour rejoindre les zones rurales. Au total, on estime à 600 000 le nombre de déplacés à Haïti.

78Au sud-ouest de l’île, le département de la Grande Anse a accueilli en moins de trois mois plus de 120 000 personnes pour une population initiale d’environ 400 000 habitants. Avec 30 % de personnes supplémentaires, c’est le premier département d’accueil de déplacés.

79En traversant la ville de Jérémie, capitale de la Grande Anse, on ne croise aucun camp d’hébergement, comme on peut le voir à Port-au-Prince. Car les déplacés ont rejoint le département pour trouver refuge dans leur famille. En grande majorité, ils sont arrivés par bateaux mis à disposition par le gouvernement.

80Aujourd’hui, la situation est critique et la pression sur les familles d’accueil est énorme car d’une part, ces familles ne reçoivent plus le soutien financier envoyé par les membres de leurs familles qui travaillaient à Port-au-Prince et, d’autre part, elles doivent nourrir plus de personnes. Chaque famille accueille entre trois et dix personnes, dans une situation de précarité renforcée, souligne Thérèse Benoit, membre du programme de MdM à Grande Anse.

81Après plus d’une heure de route chaotique on atteint le centre de soins de Prévillé, l’un des dix centres de santé soutenus par Médecins du Monde, situé au milieu des montagnes.

82Rapide sondage en arrivant dans la salle d’attente. Combien d’entre vous accueillent des déplacés ? Quasiment la moitié des patients lèvent la main… Et qui a fui Port-au-Prince après le tremblement de terre ? L’autre moitié lève la main.

83Pour faire face à cet afflux de patients, le programme de Médecins du Monde de Grande Anse a été renforcé dès le 17 janvier, date de l’arrivée du 1er bateau de déplacés. Dans un premier temps une clinique mobile avait été mise en place sur le port de Jérémie.

84Aujourd’hui, MdM propose des soins gratuits dans dix centres de santé du département, dans lesquels l’association avait, pour huit d’entre eux, mis en place la gratuité des soins pour les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans. Pour faire face à l’urgence, la gratuité a été étendue à l’ensemble de la population et sera assurée par Médecins du Monde jusqu’à la fin de l’année 2010.

L’enjeu : Le retour des déplacés

85Le séisme a montré à quel point tout était centralisé à Port-au-Prince. Pour lutter contre cette centralisation extrême, le gouvernement haïtien a donc fait part de sa volonté de stabiliser les déplacés dans les provinces. Mais cela nécessite de développer des projets de développement. A défaut, ils repartiront à Port-au-Prince pour y trouver du travail.

 (Re)construire le système de santé en privilégiant la gratuité

86« Si ce séisme doit permettre quelque chose, c’est de reconstruire autrement le pays, et particulièrement le système de santé en créant un véritable service public, efficace et équitable », martèle Ernesto Bafile, coordinateur de Médecins du Monde à Haïti.

87Le séisme du 12 janvier a jeté à terre un système de santé déjà en grande difficulté et inéquitable : le pays présente les taux de mortalité infantile et maternelle les plus élevées de la région. Seules 6 % des femmes les plus pauvres accouchent dans des centres de santé contre 78 % des femmes plus aisées.

88La mobilisation des bailleurs internationaux doit donc permettre d’investir massivement dans une réforme et un renforcement du système de santé. Cet investissement passe par la reconstruction des structures de soins, par le soutien et la formation des ressources humaines. Mais il est également indispensable de rendre ces services de santé accessibles financièrement à l’ensemble de la population.

89Or, le système de paiement à l’acte (paiement par le patient de chaque consultation, des médicaments et des analyses en laboratoire) qui prévalait avant le séisme excluait 47 % de la population du système de soins. Entre le prix d’une consultation et le prix des médicaments, un Haïtien devait payer entre 50 et 250 gourdes (soit 1 à 5 euros) pour un salaire minimum de 1 000 gourdes par mois.

90Suite au séisme, le gouvernement haïtien a décrété la gratuité des soins pour tous pendant 3 mois. Presque toutes les structures médicales publiques et de nombreux établissements privés ont prodigué gratuitement des soins médicaux, les médicaments et les analyses complémentaires restant le plus souvent payants. Ce décret devrait prendre fin le 12 avril, une éventuelle reconduction est en cours de débat. Mais après ?

91Le système de paiement à l’acte risque d’être réactivé. Or la population haïtienne, précaire et fragilisée, est incapable financièrement de payer ses soins et ses traitements et nous risquons de reproduire le même système qu’avant, alerte Ernesto Bafile.

92Pour faire face aux besoins immenses qui perdurent, le gouvernement haïtien doit recevoir les moyens d’assurer l’accès aux soins médicaux pour tous. Les ressources financières nécessaires au fonctionnement des structures de santé doivent aujourd’hui être assurées par les bailleurs internationaux.

93Les 10 milliards de dollars d’aide promis par la communauté internationale lors de la conférence de New York, le 31 mars dernier, doivent permettre de financer et de mettre en œuvre cette politique de gratuité. Mais la situation actuelle, loin d’être stabilisée, nécessitera un effort durable des bailleurs.

94Médecins du Monde est présent en Haïti depuis 1985. L’association intervenait sur de nombreuses problématiques sanitaires dans différentes régions du pays :

95à Port-au-Prince avec un programme de prise en charge des victimes de violences ;

96à Cité Soleil, à l’hôpital de Choscal, un programme VIH et de planification familiale ;

97à Jérémie, dans la région de Grande Anse, un programme garantissant la gratuité des soins de santé primaires dans 8 centres de soins pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans ;

98à Petit-Goâve et Grand-Goâve, via un programme de soins de santé primaires et de malnutrition pour les enfants de moins de 5 ans ;

99en 2008, via des programmes de secours dans la région Gonaïves et Grande Anse pour assurer un accès aux soins pour les populations affectées par les cyclones.

100Dès le lendemain du tremblement de terre, les équipes, principalement haïtiennes, de Médecins du Monde sont intervenues pour prendre en charge les blessés et rétablir l’accès aux soins. Cette réponse d’urgence a été rendue possible grâce à la présence de ces équipes sur le terrain, travaillant sur des programmes long terme en Haïti et en République dominicaine.

101Après trois mois d’urgence, MdM en Haïti, c’est :

10210 dispensaires sous tentes installées par MdM à Port-au-Prince dans 9 quartiers qui couvrent 140 camps improvisés ;

1035 équipes de cliniques mobiles sur 30 lieux (Port-au-Prince, Cité Soleil et Grande Anse) ;

1045 500 consultations de soins de santé primaires et 1 600 consultations prénatales assurées par semaine pour MdM France (Port-au-Prince et Jérémie) ;

105800 interventions chirurgicales (parages de plaies, gestion des fractures...) réalisées à l’hôpital général de Port-au-Prince dont seules 5 % d’amputations. Le volet chirurgical a pris fin le 22 février ;

1066 hôpitaux soutenus (Hôpital universitaire de Port-au-Prince, Choscal à Cité Soleil, Notre Dame de Petit Goâve, Hôpital Saint Antoine de Jérémie et 2 hôpitaux (Hôpital de la Paix et Bernard Meuvs) sur le volet violences à Port-au-Prince ;

10714 cliniques étatiques soutenues (Petit Goâve et Grande Anse) ;

10830 unités de prise en charge de la malnutrition soutenues (Grande Anse et Petit Goâve) ;

1097 délégations internationales de Médecins du Monde mobilisées sur le terrain (MdM Belgique, Canada, Espagne, France, Grèce, Portugal et Suisse) ;

110498 personnes travaillent aujourd’hui pour MdM en Haïti dont 449 haïtiens et 49 expatriés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Priolet, « Haïti, trois mois après le séisme », Humanitaire [En ligne], 25 | juin 2010, mis en ligne le 17 septembre 2010, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/774

Haut de page

Auteur

Florence Priolet

Florence Priolet est chargée des relations presse à Médecins du Monde

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org