Navigation – Plan du site
Lire, écouter, voir

Si la santé a un coût, elle n’a pas de prix

Altermondes n° 21, « La santé n’a pas de prix », Paris, mars 2010
David Eloy
Référence(s) :

Altermondes n° 21, « La santé n’a pas de prix »
Prix de vente au numéro : 5 €
Abonnement : 30 € /an
Altermondes, 14 Passage Dubail – 75010 Paris
Tél. : 01.44.72.89.72 – www.altermondes.org

Texte intégral

1Dans le monde, chaque minute, une femme meurt en couche ; un enfant sur sept décède avant son cinquième anniversaire. Les solutions sont pourtant connues : elles passent par le renforcement des systèmes de santé et la mise en place de politiques ambitieuses en termes d’accès aux soins et de formation des personnels de santé. C’est à cette urgence sanitaire qu’Altermondes, la revue trimestrielle de solidarité internationale, en partenariat avec Médecins du Monde, Oxfam France et Action for global health, a consacré le dossier de son numéro de mars.

2Adoptée par la communauté internationale en 1987, l’Initiative de Bamako, qui préconise le principe de participation financière des usagers, est devenue une barrière, une raison pour les populations les plus marginalisées de ne pas utiliser les services de santé. Les nombreux témoignages qui émaillent ce dossier en attestent. C’est pourquoi depuis une dizaine d’années, certains États adoptent des politiques ou des programmes de gratuité d’accès aux soins. Cependant, « décréter le passage à la gratuité ne suffit pas, souligne Nicolas Guihard, chargé de plaidoyer à Médecins du Monde. Encore faut-il prévoir des mesures d’accompagnement en termes de renforcement des ressources humaines, d’approvisionnement en médicaments, de fonds supplémentaires pour le fonctionnement des services de santé… » Et la pénurie de personnels de santé est au centre des débats. Caroline Gallais, de Solthis, dresse en un article un constat accablant : l’Afrique ne compte que 3 % des agents de santé de la planète alors qu’elle concentre 11 % de la population mondiale et supporte 24 % de la charge de morbidité mondiale. Ces déséquilibres globaux se retrouvent à l’échelle nationale où la majorité des pays est frappée par une inégale répartition des personnels de santé entre secteur public et privé, zone urbaine et zone rurale. Dans une interview qui lui est consacrée, l’anthropologue Yannick Jaffré explique : « Aujourd’hui, parmi les priorités, figure évidemment l’amélioration de la formation des personnels de santé, en relocalisant l’enseignement, c’est-à-dire en pensant les compétences techniques aussi en fonction des contextes sociaux, économiques et culturels dans lesquels évoluent les praticiens ». Développer des programmes de gratuité des soins, améliorer l’accès aux médicaments et enrayer la crise des ressources humaines en santé, tout ceci ne se fera pas sans des financements efficaces et pérennes. La réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement en matière de santé est inconcevable sans une augmentation significative des fonds alloués à la santé. Et au-delà des montants, une plus grande efficacité de l’aide passera par la coordination des bailleurs et la participation des populations.

3En seize pages, ce dossier propose donc un tour d’horizon complet de la question, sans oublier de mettre en avant des solutions pour répondre aux besoins urgents de santé dans les pays en voie de développement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Eloy, « Si la santé a un coût, elle n’a pas de prix », Humanitaire [En ligne], 25 | juin 2010, mis en ligne le 07 mai 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/783

Haut de page

Auteur

David Eloy

Rédacteur en chef d’Altermondes

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org