Navigation – Plan du site
Retour sur

Gaza, après la guerre

Marie Rajablat

Résumé

Gaza City, vendredi 13 février 2009. Un mois après l’arrêt de ce qui est appelé ici The War, le ciel est magnifiquement bleu. Une légère brise atténue les rayons ardents du soleil et les oiseaux chantent à tue-tête. Dans la rue, la vie va doucement au rythme d’un dimanche comme il en existe partout dans le monde. Seul détail qui rappelle que nous ne sommes pas en villégiature : les bâtiments de la marine de guerre israélienne patrouillent au large et tirent parfois des coups de semonce sur les pêcheurs cabotant à proximité du littoral.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés géographiques :

Gaza, Israël, Palestine
Haut de page

Texte intégral

1Gaza City, vendredi 13 février 2009. Un mois après l’arrêt de ce qui est appelé ici The War, le ciel est magnifiquement bleu. Une légère brise atténue les rayons ardents du soleil et les oiseaux chantent à tue-tête. Dans la rue, la vie va doucement au rythme d’un dimanche comme il en existe partout dans le monde. Seul détail qui rappelle que nous ne sommes pas en villégiature : les bâtiments de la marine de guerre israélienne patrouillent au large et tirent parfois des coups de semonce sur les pêcheurs cabotant à proximité du littoral.

2Après une dizaine de jours d’attente de coordination pour entrer à Gaza, j’ai enfin pu rejoindre notre équipe locale. Tous m’attendent avec impatience pour me raconter ces jours maudits, mais aussi tout ce qu’ils ont fait pendant l’assaut et depuis le cessez-le-feu. Lorsque nous échangeons les salamalecs d’usage et que je leur demande comment ils vont, tous répondent en éclatant de rire : « Still alive ! » Puis, plus graves, ils font le récit des scènes les plus terribles qu’ils ont vécues, celles où ils ont cru que leur dernière heure était arrivée. Entretiens très émouvants où l’horreur pouvait encore se lire dans les yeux de certains. Cela dit, les Palestiniens et plus particulièrement les Gazaouis, sont pudiques et fiers et ne veulent pas s’enfermer dans un statut de victimes. Ils changent donc rapidement de registre pour me raconter comment ils ont fait face et là où ils en sont aujourd’hui :

3Pendant ces trois semaines de guerre, onze des centres de santé primaire dans lesquels nous travaillons, ont continué de fonctionner 24 h/24 h sous la forme de Postes médicaux avancés pour stabiliser les patients en attente de places dans les hôpitaux. Salim, en charge de la sécurité et Khaled, administrateur, passaient leurs journées à rassembler des informations, chacun de leur côté. Le docteur Ahmed, chirurgien travaillant à mi-temps à l’hôpital du Croissant-Rouge et à mi-temps avec Médecins du Monde (MDM), a travaillé sans relâche soit au bloc, soit à rassembler, lui aussi, le maximum d’informations pour nous aider à évaluer les besoins et nous permettre de témoigner, soit encore à témoigner lui-même en répondant aux journalistes internationaux.

4Aujourd’hui, le gros du travail porte sur l’inventaire de tous les matériels entreposés dans les entrepôts, afin de les redistribuer de la manière la plus appropriée. L’inventaire est terminé à hauteur d’environ 60 % et c’est MDM qui est chargé par le ministère gazaoui de la Santé et l’Organisation mondiale de la santé d’en assurer la répartition. Nos équipes ont commencé la distribution des kits d’urgence dans les centres comme prévu et elles sont rentrées enthousiasmés par l’accueil qui leur a été fait. Elles sont fières car l’image de MDM est très positive. Partout, elles se sont entendu dire que l’on peut compter sur MDM. Elles se sentent utiles et actives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Rajablat, « Gaza, après la guerre », Humanitaire [En ligne], 21 | Avril 2009, mis en ligne le 12 octobre 2009, consulté le 26 juin 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/83

Haut de page

Auteur

Marie Rajablat

Responsable de la Mission Palestine à Médecins du Monde

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org