Navigation – Plan du site
Lire, écouter, voir

Mémoire d’un « staff local »

Jean-François Berger, Éclats de mémoire(s) - Souvenirs d’employés du CICR en ex-Yougoslavie, 1991-2001, Éditions de l’Aire, Genève, 2010, 275 pages.
François Rubio
Référence(s) :

Jean-François Berger, Éclats de mémoire(s) - Souvenirs d’employés du CICR en ex-Yougoslavie, 1991-2001, Éditions de l’Aire, Genève, 2010, 275 pages.

Texte intégral

1Jean-François Berger est délégué du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). À ce titre, il a travaillé dans les Balkans de 1991 à 1992 où il a dirigé de la cellule de crise Yougoslavie. Mais il est aussi historien et cinéaste.

2Fort de ces multiples casquettes, Jean-François Berger a recueilli les témoignages de plusieurs dizaines d’employés recrutés localement par le CICR. Témoignages de ce que fut leur vie, leur histoire et ce qu’ils sont devenus. Des textes émouvants traduisent les souffrances de ces femmes et de ces hommes. Souffrances très fortes dues aux traumatismes personnels du début du conflit : la mort d’un père, d’une sœur ou presque pire, les disparitions de proches. Souffrances quotidiennes également face à cette guerre qui chaque jour tue d’autres femmes et d’autres hommes, voisins, amis, citoyens comme eux. Souffrances des terribles échecs : le massacre par les Serbes des patients de l’hôpital de Vukovar, par exemple. Souffrances aussi dans la relation immédiate avec les autres employés locaux, fragments de la mosaïque yougoslave, avec lesquels on s’entend bien alors qu’on ne comprend pas ce qui arrive aux autres « à l’extérieur ». Étonnement aussi face au comportement de certains expatriés du CICR, empêtrés dans leurs préoccupations quotidiennes…

3Ce livre constitue ce que l’on pourrait appeler un « devoir de mémoire ». Mémoire de ceux qui sont souvent oubliés. L’histoire des populations locales se construit et se dit. L’histoire des organisations et de leurs expatriés qui portent secours également. Mais l’histoire et la douleur de ceux que l’on regroupe trop souvent sous l’appellation générique de « staff local » reste encore à écrire. Le CICR y contribue avec ce livre original, même si l’on peut s’interroger sur ce qui peut précisément légitimer cette différence quasi « dogmatique » entre « staff local » et expatriés. Car finalement, comme le dit un employé du pays en parlant des expatriés, « la différence entre vous et nous c’est que nous, nous n’avons pas de visa de sortie ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Rubio, « Mémoire d’un « staff local » », Humanitaire [En ligne], 26 | 2010, mis en ligne le 07 janvier 2011, consulté le 27 mars 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/848

Haut de page

Auteur

François Rubio

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org