Navigation – Plan du site
Exclu web

Humanitaires et partenaires : nouvelles donnes ?

Lucie Denoix

Résumé

En trente ans d’existence, Médecins du Monde a profondément modifié le regard qu’elle porte sur sa propre action. Longtemps, l’association a privilégié la notion de « devoir d’ingérence », émanation travestie et intellectualisée du colonialisme. En réalité, c’est bien le partenariat qui incarne le cœur de l’action humanitaire. Celle-ci doit organiser un échange citoyen et solidaire, d’égal à égal, dans le respect de l’autonomie et de la liberté de chacun. En juin 2010, à l’occasion de l’anniversaire de ses 30 ans, Médecins du Monde a organisé trois tables rondes où elle a donné la parole à ses partenaires, afin qu’ils témoignent de leurs relations et qu’ils expriment leurs éventuelles attentes. En exclusivité pour le site de la revue Humanitaire, nous présentons le verbatim de ces échanges.

Pour télécharger le document intégral :

http://www.medecinsdumonde.org/Publications/Publications/Actes-des-colloques-et-forum/Humanitaires-et-partenaires

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Table ronde n°1 - Naissance et évolution de quatre associations partenaires de Médecins du Monde au Rwanda, au Pakistan, au Liban et en Bosnie

1Médecins du Monde a nourri son expérience de partenariats de longue date. Tous ont évolué dans le temps, et ces histoires constituent des exemples éclairants de l’enrichissement mutuel qu’est susceptible d’offrir une relation d’égal à égal.

2L’association DUGA a été créée en 1995 en Bosnie, à l’initiative de Médecins du Monde. Au départ, elle soutenait les jeunes traumatisés par la guerre d’ex-Yougoslavie, et elle accompagne désormais les jeunes issus des minorités dans leur intégration au sein des systèmes éducatifs et associatifs. DUGA intervient aussi auprès du gouvernement grâce à ses actions de plaidoyer, elle contribue ainsi au renforcement de la société civile bosniaque.

3MCWAK (Maternity and Child Welfare) est née en 2000 afin de pérenniser un projet initié par Médecins du Monde. Une fois indépendante, l’Association a signé avec MDM un contrat de partenariat technique, grâce auquel Médecins du Monde l’a aidé à se structurer et à définir sa stratégie. Même si MCWAK garde la responsabilité de conduire ses propres projets, Médecins du Monde l’accompagne parfois dans ses demandes de financements internationaux.

4Depuis 37 ans, l’association Amel agit dans le contexte très complexe du Sud-Liban. Elle a survécu à la disparition du mouvement politique dont elle était au départ une émanation. Elle affiche désormais un positionnement original et très respecté à l’international, de par son indépendance vis-à-vis de tout parti ou de toute confession. Depuis sa création, Amel a créé plus de 150 hôpitaux de campagnes.

5L’Association Ibuka aide la société rwandaise à surmonter le traumatisme du génocide de 1994. Elle soutient les victimes dans leurs demandes de justice, accompagne la cohabitation et intervient auprès des jeunes issus du climat de violence. Médecins du Monde l’a aidé à se structurer et à définir des actions pertinentes afin de gérer au mieux ce traumatisme profond. Ibuka France contribue à ce travail et faisant entendre la « voix de la diaspora ». Elle est un intermédiaire précieux qui tempère les décisions d’Ibuka Rwanda et accompagne les partenaires français dans leur compréhension de la situation locale.

Table ronde n°2 - Quand les bénéficiaires deviennent des acteurs : comment agir au mieux ? Témoignages d’associations partenaires serbe, guinéenne, bengalie et française

6Les usagers sont souvent les meilleurs experts de leur propre situation. Ils possèdent une expérience très importante que les associations doivent chercher à valoriser, autant pour améliorer la qualité de leurs actions que pour favoriser la réinsertion. A travers les exemples des toxicomanes serbes, des détenus guinéens ou de paysans bengalis démunis, des associations partenaires de Médecins du Monde témoignent du rôle que les usagers peuvent jouer à leurs côtés.

7A Belgrade, en Serbie, l’association VEZA conduit un programme de réduction des risques liés à la toxicomanie, en proposant notamment une action favorisant l’accès à des seringues propres. VEZA réalise des actions de formation auprès de populations variées, toxicomanes mais aussi acteurs des services publics. En associant des usagers à ses actions, l’Association a acquis une meilleure notoriété auprès de sa population cible, et elle a ainsi pu développer ses projets. VEZA contribue ainsi à améliorer la prise en compte des risques liés à l’usage de drogue.

8Le Bangladesh subit régulièrement de graves catastrophes naturelles. L’association GK Savar agit dans le delta du Bengale auprès des populations paysannes les plus démunies. Plutôt que le microcrédit, peu adapté aux projets des plus pauvres, elle a mis en place un dispositif de crédit saisonnier permettant aux éleveurs et agriculteurs de financer leur activité. Ce dispositif implique notamment des femmes qui contribuent à améliorer la situation de la région.

9L’association KAD tente d’améliorer la situation sanitaire catastrophique de la prison de Kindia, en Guinée. Elle a notamment mis en place des comités de concertation réunissant détenus, gardiens et autorités afin d’identifier les besoins basiques de la prison et d’y répondre. KAD associe ainsi les détenus à la gestion de la vie de la prison. En plus de différentes activités génératrices de ressources, certains détenus sont aussi formés aux premiers secours, et deviennent à leur tour des agents soignants entre les murs pénitentiaires.

10L’association Bus 31/32 mène, dans la région de Marseille, une action de réduction des risques liés à l’usage des drogues. Pour être efficace, dans un domaine aussi sensible, l’action des associations doit nécessairement s’appuyer sur des « professionnels d’expérience », ces acteurs qui participent, après en avoir été bénéficiaires, au travail associatif. Ceux-ci possèdent une expérience irremplaçable, qui renforce à la fois la compétence des acteurs associatifs et la qualité de leurs prestations.

Table ronde n°3 – Quelle indépendance politique pour les associations partenaires israélienne, polonaise, guatémaltèque, uruguayenne et française ?

11Dans un monde globalisé, les politiques nationales restent influentes. Elles dictent notamment les conditions dans lesquelles interviennent les organisations humanitaires. Entre volonté d’indépendance et nécessité d’intégrer le jeu politique afin de contribuer efficacement au changement social, plusieurs organisations partenaires de Médecins du Monde présentent leur point de vue et partagent leurs expériences.

12En Israël, l’association PHR (Physicians for Human Rights), est confrontée à un État violent, n’hésitant pas à diffuser des discours propagandistes. Son positionnement radical la conduit à se placer dans une logique d’opposition, dans laquelle elle dénonce systématiquement les mensonges de l’État. Si cette indépendance fait d’elle une association pleinement responsable, PHR voit actuellement ses financements et ses conditions de travail menacés.

13La Nobody’s Children Foundation est née d’une ancienne mission de Médecins du Monde. Elle intervient auprès des enfants maltraités et a participé, dès sa création en 1991, à l’émergence d’une société civile post-soviétique en Pologne. Malgré les obstacles d’un pouvoir autoritaire et d’une société traditionnellement conservatrice, la Fondation promeut les droits de l’enfant. Ses moyens sont néanmoins limités, et seul le Gouvernement dispose des moyens de conduire les actions nécessaires à l’échelle du pays. La Fondation se situe donc dans une logique de coopération et d’influence du pouvoir en place.

14L’Association AMES défend les droits des femmes au Guatemala. Si elle maintient une indépendance financière totale vis-à-vis du Gouvernement, l’Association participe régulièrement au dialogue politique et contribue aux projets de loi. De manière générale, AMES favorise la participation des femmes au dialogue politique sur leurs lieux de vie ou de travail. Ces négociations multipartites, réunissant patrons, syndicats et État, contribuent à faire progresser les droits humains au Guatemala. Et ces droits sont bien incompressibles !

15L’exemple d’Iniciativas Sanitarias illustre l’importance du rapport au politique. Longtemps, cette association uruguayenne est restée cantonnée à une position de résistance face un gouvernement conservateur. Elle militait alors pour les droits des femmes et tentait de réduire le taux très élevé de mortalité maternelle que généraient des pratiques d’avortements illégaux. Un climat favorable lors des dernières élections laisse envisager une possible légalisation de l’avortement. Son ancien directeur a même rejoint le Ministère de la santé, preuve d’une modification profonde du point de vue gouvernemental sur le combat de cette association.

16Enfin l’association Gaïa Paris rassemble deux anciennes missions de Médecins du Monde impliquées dans la réduction des risques liés à la toxicomanie à Paris. Pour cette structure modeste, le concours étatique était indispensable. Son rapprochement du Ministère a néanmoins réduit ses marges de manœuvre, notamment en matière d’innovation. C’est désormais en partenariat avec des structures plus importantes, comme Médecins du Monde, que Gaïa mène ses actions les plus novatrices.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Denoix, « Humanitaires et partenaires : nouvelles donnes ? », Humanitaire [En ligne], 26 | 2010, mis en ligne le 29 septembre 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/853

Haut de page

Auteur

Lucie Denoix

Lucie Denoix est stagiaire associée aux 30 ans de Médecins du Monde

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org