Navigation – Plan du site
Dossier

« La situation actuelle en Haïti est le résultat d’un immense jeu de quilles qui a maintenant cessé de faire sens »

Raoul Peck

Résumé

Interview de Raoul Peck, réalisateur (Lumumba), scénariste et producteur de cinéma haïtien, ancien ministre de la Culture de la République d’Haïti de 1995 à 1997 et actuel président de la Fémis à Paris.

Propos recueillis par Boris Martin, rédacteur en chef, le 6 décembre 2010

Haut de page

Texte intégral

1Boris Martin : Au lendemain du tremblement de terre, vous avez été l’un des intellectuels haïtiens ayant fortement critiqué le dispositif humanitaire mis en place. Pour quelles raisons ?

2Raoul Peck : J’avais encore vivement en mémoire le souvenir d’expériences moins apocalyptiques que le cas haïtien mais auxquelles les dispositifs humanitaires mis en place n’avaient pas su ou pu répondre de manière efficace et j’ai vu venir de loin le chaos qui résulterait inévitablement du manque de coordination.

3J’ai senti venir les débordements des premières semaines et premiers mois. J’ai vu comment la communauté internationale, les agences et les organisations humanitaires, l’Etat et le gouvernement haïtiens (ces deux derniers pour des raisons évidentes) peinaient à mettre en place les dispositifs pour gérer cette crise. Aujourd’hui encore on ne sait réellement ni comment ni à quoi a été consacré une bonne partie des fonds alloués. Et si on visite la ville et ses environs, on a du mal à accepter qu’aussi peu ait été accompli depuis.

4Ma rencontre avec M. Bernard Kouchner à France Inter, à l’émission de Nicolas Demorand, trois jours après le tremblement de terre a été pour le moins un moment annonciateur.

5Un moment bizarre... Je suis assis à coté de cet homme qui a tout pris sur ses épaules, le pro des pros, le vétéran de tant de campagnes, cet homme qui a participé à réinventer l’idée de l’intervention (musclée) humanitaire, ce symbole du rêve de tout idéaliste. Ma chaise touche la sienne et pourtant son bonjour est sec et bref (les soucis ?). A aucun moment, il ne m’adresse la parole. Il ne s’inquiète pas de savoir si j’ai perdu des parents ou (je rêve) si je peux peut-être lui être utile d’une manière ou d’une autre. N’y voyez pas là un souci d’ego. Simplement, dans ces moments de drame on aurait tendance à penser que les distances et les hiérarchies s’effacent pour laisser place à l’humain. Comme cela a été le cas avec Olivier Bernard, le président de Médecins du Monde, également présent sur le plateau, avec qui j’ai très vite sympathisé et échangé des informations. Et pourtant, c’est ce même homme, ce Monsieur Kouchner, qui me semblait si peu enclin à la compassion, si sûr de ses expériences, de son pouvoir et de ses capacités de réponses, qui a tout fait pour récupérer – à lui seul – la direction des opérations. Avec une telle « sensibilité » humaine, cela ne présageait rien de bon. J’en ai eu – littéralement – froid dans le dos.

6Où est passé le rêve humaniste ? Où est passé l’humain ?

7Car au final c’est bien de cela qu’il s’agit. Le mouvement humanitaire est en voie de devenir une histoire d’experts (comprendre technocrates), à grand renfort de lignes budgétaires, de « plans de com. », de lobbying, de campagnes d’appel aux dons, où il semble plus fondamental d’être efficaces à Paris que d’avoir des résultats durables, cohérents et viables à Sumatra.

8La gestion des catastrophes semble en proie à des logiques autres. En Haïti et ailleurs, cela fait trente ans au moins que nous assistons à des catastrophes à répétition, de plus en plus rapprochées et un malheur chasse l’autre. Avec le tremblement de terre de janvier 2010, on a très vite oublié les derniers désastres en date : les inondations de la ville de Gonaïves en 2008 après les passages des ouragans Gustav et Hanna.

9Le cycle est toujours le même (dans cet ordre) :

10- Une catastrophe naturelle augmentée par des erreurs humaines ;

11- Invasion des médias ;

12- Intervention massive de la communauté internationale ;

13- Une concurrence entre médias et humanitaires dans l’occupation des moyens de communication et de transport ; les médias cherchent d’abord les sujets compassionnels (femmes, enfants, orphelins), ce qui décuple les dons et les émotions. Puis la lassitude venant, arrivent les premiers sujets critiques sur l’évènement et la fragilisation des dons et la peur de certaines ONG de perdre leur cordon ombilical ;

14- Le cap de l’urgence passé, décompression ;

15- Départ d’une partie de l’aide sans qu’on ait vraiment pris le temps de prévoir la suite, laissant souvent des acteurs locaux désemparés et des infrastructures désorganisées livrés à eux-mêmes ;

16- Puis enfin, vient la série de reportages qui, aux grandes dates anniversaires 1, 3, 6 mois et un an documentent le chemin parcouru ou non. Bilan controversé à la vue des images de camps de déplacés, etc. (au lieu des images d’autoroutes, d’hôpitaux, d’écoles qu’on avait, on ne sait plus pourquoi, escomptées).

17Mais entretemps, les abris provisoires sous les tentes, dans les camps, sont devenus permanents. Cela semble une caricature ? Pas tant que ça.

18B.M. : Qu’aurait-il fallu faire, selon vous, au lendemain du tremblement de terre ?

19R.P. : C’est difficile de dire ce qu’il aurait fallu faire lorsqu’au départ les rapports humains eux-mêmes sont devenus fondamentalement différents. Les règles, les structures, les normes. C’est un problème même de « concept », d’approche.

20Ce n’est pas simple à expliquer. Dans les années 1960 à 1980, avant le formatage télévisuel et le tout-publicité, lorsque les documentaristes allaient travailler à l’étranger, ils s’assuraient de passer plusieurs mois voire plusieurs séjours, avant d’oser filmer et documenter la vie d’une communauté. Aujourd’hui, la télé réalité prétend saisir la réalité de tout un chacun par un simple reportage de quelques jours bien bouclé et bien « habillé » en s’appuyant sur le travail d’un « fixer » local. Et pour cela on n’a plus besoin d’être « proche » de l’habitant, ni de prendre du temps pour comprendre les rites, les rituels, les signes, les formes de rapports et de communications locales, l’histoire des lieux. On doit faire vite, on doit être efficace, on doit faire du chiffre. Ces tendances se retrouvent à différents niveaux dans le monde humanitaire et du développement.

21D’ailleurs lorsque les ONG prétendent travailler avec les « locaux », souvent (pas toujours, heureusement), on a affaire à des locaux « soumis » aux désidératas de leurs employeurs. Et non pas à des gens autonomes ayant un vrai pouvoir, une vraie liberté d‘esprit, une souveraineté dans des décisions ou des procédures déjà décidées ailleurs. Nous avons affaire à une population professionnelle « pacifiée », dépendante économiquement, souvent découragée et cautérisée.

22Combien de fois ai-je vu le travailleur humanitaire occidental aux belles idées de départ, devenir petit patron abusif dans le milieu local ? Combien de fois ai-je vu la honte dans les yeux de mes concitoyens, obligés de se taire et de « faire leur boulot » ?

23Mais pour revenir quand même à votre question, je peux donner un exemple ponctuel sur comment on peut aussi faire les choses différemment en faisant confiance à la population elle-même (au lieu d’en avoir peur).

24Cette population, je le rappelle, s’est organisée toute seule dans les premiers jours. Elle a sauvé à mains nues tant de victimes de sous les décombres. C’est elle qui a organisé les premiers refuges, aménagé les premiers abris de secours avec des tissus et des bouts de bois. C’est encore elle qui a bloqué les rues pour pouvoir dormir sans danger la nuit. On aurait pu s’appuyer sur cette population vraisemblablement capable pour organiser la mise en place des dispositifs humanitaires. On aurait pu, par exemple, demander à chaque camp de désigner un groupe de femmes et d’hommes qui, soutenu par les ONG avec des moyens financiers, logistiques et matériels aurait pris en charge la gestion et la coordination de l’aide : achats, distributions et même sécurité. Cette démarche aurait permis d’ancrer les programmes humanitaires dans une logique de développement. On aurait ainsi pu dépasser la simple logique ponctuelle des programmes de cash for work qui en plus de permettre d’injecter rapidement des liquidités dans l’économie locale auraient permis à la population locale de prendre une part active dans le défi à venir et ce dès le départ. Une méthode qui avait déjà été employée, avec grand succès, par le ministère de la Culture haïtien pour l’organisation du Carnaval. Mais pour le faire, il aurait fallu avoir de meilleurs relais avec la population et ne pas en avoir peur. Il aurait fallu se dire qu’il existe des locaux compétents qui peuvent (doivent !) servir d’intermédiaires crédibles. Et cette proximité, la communauté ONGienne qui souvent vit en vase clos ne l’a plus (et n’a peut-être plus les moyens de l’avoir ?). A partir du moment où l’on a les mêmes 4x4 blancs, les mêmes chauffeurs, les mêmes normes de sécurité, les mêmes villas et les mêmes gardiens que les grandes organisations internationales et leurs experts, on fait automatiquement un transfert social vers cette classe de personnel. Le contact avec « la base » se fait plus difficilement et encore moins sur une base non hiérarchisée et à hauteur d’homme. On doit rester performant.

25Ce qu’il aurait fallu faire, en un mot, c’est réfléchir à une meilleure coordination politiquement, humainement, socialement et matériellement. On ne peut, sous prétexte d’une situation d’urgence, envoyer valdinguer l’expérience de plus de 60 ans de politique de développement. Aujourd’hui on sait ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas (Voir par exemple la charte de l’aide alimentaire). Pourtant, à chaque fois, on recommence pareillement sous prétexte d’urgence et de contraintes. On a vanté les clusters institués après le Tsunami. En Haïti on a fait la même chose. Sauf qu’en Haïti ce modèle ne fonctionne pas vraiment. En est-on au stade du faire semblant ? Et nous nous taisons tous ?

26Les choses ne sont pas simples. Mais il faudra bien qu’on commence un jour à en parler, tous ensemble. Faisons seulement en sorte qu’Haïti ne soit pas totalement sacrifiée.

27B.M. : « L’humanitaire », ce ne sont pas seulement les ONG, mais aussi les agences internationales, les Coopérations de différents pays. Les ONG contestent depuis longtemps l’instrumentalisation de ce terme pas de multiples intervenants et critiquent aussi la mauvaise coordination des secours, en Haïti comme ailleurs. Mais elles ont pour mandat d’intervenir en cas de besoin. N’est-ce pas « tirer sur l’ambulance » que de critiquer les ONG en évacuant les responsabilités de l’Etat haïtien et de la communauté internationale et les fausses promesses de cette dernière (dont sont victimes également les ONG) ? Bref, viser les seules ONG, n’est ce pas oublier les Etats ?

28R.P. : Bien entendu il ne s’agit surtout pas de dédouaner les uns au profit des autres ou de faire porter une plus grande responsabilité aux uns qu’aux autres. Mais force est de constater que la situation actuelle en Haïti est le résultat d’un immense jeu de quilles qui a maintenant cessé de faire sens pour nous mais que tous continuent à suivre en attendant que l’évidence éclate. Plusieurs points seraient à débattre dans votre question.

29Premièrement en effet, le terme « humanitaire » utilisé par les uns et les autres a été vidé de sa substance et surtout de son sens étymologique (et historique). Cela fait bien longtemps qu’on ne gère plus de l’humain mais des statistiques et des grands ensembles de problèmes et de populations « cibles ». Encore une fois, idéologiquement on en est bien loin de l’époque du droit à l’intervention. La pureté idéaliste n’existe plus. L’idéaliste au sac à dos et en sandales, qui dormait chez l’habitant, a fait place à des experts internationaux comme leurs homologues du même nom et dont les 4x4 blancs ne se distinguent plus que par les logos collés sur les portières avant.

30Très tôt on a appris à se méfier de l’efficacité des grandes organisations internationales, avec leur grande capacité de mobilisation en cash, en matériaux, en logistique (et leur « neutralité » politique). Mais au cours des années suivantes, les ONG ont gagné pignon sur rue. Elles ont été acceptées comme observateurs à l’ONU et dans la plupart des grandes organisations. Puis, sous prétexte de contourner les détournements par les acteurs locaux, les Etats nationaux ont commencé à faire de plus en plus appel aux services des ONG et à les utiliser pour leur efficacité, leur capacité à passer sous les radars locaux, et la souplesse de leurs contraintes de justification et d’administration. Cette nouvelle logique a pris de telles proportions que le mode de fonctionnement même des ONG en a été affecté. Or, on ne peut impunément récolter et administrer des fonds de plus en plus importants sans subir à son tour les contraintes qui y sont afférentes (comptabilité, conditions contractuelles, contraintes organisationnelles, contraintes sécuritaires).

31Envoyer un responsable de logistique en urgence en Haïti, c’est prévoir une voiture, un chauffeur, des agents de sécurité, une villa ou un appartement, des per diem, un salaire adéquat, etc. On cherche d’abord l’expert, ensuite on espère qu’il pourra s’adapter au pays en question. Avant, on cherchait d’abord un volontaire qui emmenait d’abord sa connaissance du terrain en question et son énergie. Et cette énergie (lorsqu’on reste dans des budgets réduits) valait son poids en or.

32Loin de moi bien sûr l’idée de critiquer la « professionnalisation » des interventions et la recherche d’une plus grande efficacité des dispositifs humanitaires. Le problème vient de ce que la main « qui donne » (sources de financements) et les conditions de cette professionnalisation du travail des ONG les éloignent de leur finalité et de leur identité originale (victimes de leur succès ou de leur « utilité »). En est-on déjà à ce que d’autres appellent « la crise de l’humanitaire » ?

33B.M. : L’épidémie de choléra et l’ouragan récents ne montrent-ils pas l’utilité de ce dispositif humanitaire resté sur place?

34R.P. : Non. Puisqu’on se rend compte que l’épidémie qui était au départ confinée à une région clairement identifiée, n’a pu être contenue et est en train de se développer un peu partout dans le pays malgré les dénégations des uns et des autres. Certes la présence en nombre des intervenants a permis d’assurer sur place un meilleur service et de réduire le temps d’intervention, mais, encore une fois, je n’arrive pas à comprendre pourquoi certaines mesures de containment ont pris autant de temps à se mettre en place. Un ami qui visitait un énorme dépôt à Port-à-Piment rempli de kits de soins s’étonnait qu’on ne les achemine pas tout de suite là où on en avait urgemment besoin à l’époque. La réponse qui lui a été faite est qu’il fallait être prêt au cas où l’épidémie frapperait Port-à-Piment. Je ne suis pas sûr de cette logique de « précaution » dans un cas pareil.

35Mais la dépendance économique (donc politique) est telle qu’elle fragilise tout le monde et on a peur de tout : de faire des erreurs, de n’être pas prêt, de la presse, du scandale, de perdre ses bailleurs, etc. Ceci dit, il faut être honnête. L’Etat haïtien encore une fois a mis du temps à reconnaître l’importance du drame. Mais quoi de nouveau ?

36B.M. : Quelles sont, selon vous, les conditions d’un bon « modus vivendi » entre les organisations humanitaires, l’Etat haïtien et la population?

37Là vous me demandez de résoudre un problème que personne n’a même jusqu’ici publiquement évoqué. Nous sommes, je pense, au tout début d’une discussion que j’espère vive et sans retenue sur la finalité, l’efficacité, les formes, les contextes et les conditions contractuelles du travail des ONG. Et celle-ci ne se fera pas sans une forte dose d’autocritique (courageuse, car il le faudra) de part et d’autre et la prise en compte des populations concernées à travers leurs organisations locales et les Etats (au cas par cas).

38Quant aux rapports ONG-population, un nouveau contrat social devra être élaboré sur les conditions d’intervention de ces ONG dans les territoires concernés. Certainement que celui-ci devrait prévoir que l’intervention des ONG ne puisse se faire seulement et exclusivement par l’intermédiaire et la participation d’acteurs locaux. Car, n’est-ce pas aux populations locales que revient au final la responsabilité de changer – durablement – leur pays ? N’est-ce pas elles qu’il faut consolider ? N’est-ce pas à elles que devrait revenir le pouvoir que confèrent cette aide (souvent massive), la gestion des moyens et la prise des décisions finales ?

39J’ai peur que si nous ne sautons pas ce pas, nous donnons raison à Costas Douzinas lorsqu’il dit que l’humanitaire a remplacé la civilisation et que l’empire humanitaire est le nouveau visage d’une vieille figure : la globalisation. « Les mouvements humanitaires s’organisent à l’image du marché, transformant la souffrance humaine et les droits humains en marchandises », dit-il précisément. Puissent ces lignes contribuer à une discussion qui doit aujourd’hui aboutir. Même au risque d’une autodisparition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raoul Peck, « « La situation actuelle en Haïti est le résultat d’un immense jeu de quilles qui a maintenant cessé de faire sens » », Humanitaire [En ligne], 27 | 2010, mis en ligne le 19 janvier 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/883

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org