Navigation – Plan du site
Éditorial

Voie de la jeunesse arabe, voix de la société civile

Olivier Bernard

Texte intégral

1Un « nouveau » monde est sans doute en train de naître à la frontière sud de l’Europe. Et avec lui, on assiste au bouleversement de nombreuses idées reçues sur le monde arabo-musulman qui, de Tripoli à Bahreïn, de Tunis au Caire, aspire à la liberté, à la démocratie et à un mieux-vivre.

2Le forum qui s’est tenu au siège de Médecins du Monde (MdM) le 18 mai 2011 a permis de dresser un état des lieux de la situation dans les différents pays. Si tous les intervenants se sont accordés sur le double échec des socialismes post-coloniaux et de l’islamisme radical, le débat fut riche, à la mesure de l’événement qui, en ce début d’année 2011, fait figure de « divine surprise ». Les participants ont évoqué la solidarité interarabe, ses forces (accueil par les pays frontaliers des réfugiés irakiens après la guerre en Irak, accueil par la Tunisie des très nombreux réfugiés fuyant la Libye ces dernières semaines) et ses limites, notamment lorsqu’il s’agit de la question israélo-palestinienne.

3Au regard de cette authentique solidarité, on ne peut que s’attrister de l’aveuglement du gouvernement français lors de la révolution tunisienne de décembre et des discours d’un certain nombre de dirigeants européens qui sont plus prompts à dénoncer d’éventuels afflux de migrants qu’à se féliciter de ces élans démocratiques. Se jouaient pourtant là des révolutions pacifiques menées par la jeunesse arabe au nom des valeurs de liberté et de démocratie dont l’Europe prétend porter l’étendard haut et fort à travers le monde.

  • 1  Humanitaire, Islam et solidarité, n° 17, été 2007.

4En 2007, la revue Humanitaire s’interrogeait sur le rôle de la solidarité en terre d’islam1. Nous insistions alors sur la nécessaire « connaissance et envie de connaissance », en empruntant la double voie « de la curiosité de l’autre et de la réciprocité ». En cela, nous faisions expressément référence à l’ijtihâd, cet effort intellectuel, que fournirent les théologiens et juristes pour interpréter les textes fondamentaux de l’islam. C’était aux premiers siècles de l’Hégire. À ce moment-là, les muftis et les oulémas décidèrent que c’était une question de survie pour l’islam de réfléchir sur lui-même et de sortir de lui-même en s’ouvrant aux influences extérieures. La jeunesse des sociétés arabo-musulmanes d’aujourd’hui, héritières de cette tradition, a repris le flambeau. Elle l’a fait de manière pacifique, en renvoyant à leurs peurs, à leurs préjugés ou à leurs calculs ceux qui voulaient croire que l’ogre islamiste, voire terroriste, tirait les fils de pareil chambardement.

5Il n’en était rien. La leçon est salutaire. Elle nous rappelle, voire nous enseigne, que la jeunesse musulmane de ces pays fait bel et bien la différence entre le temporel et le spirituel, entre la foi profonde et la scène publique. Elle nous renvoie aussi à notre méconnaissance de ces régions, mais également à au moins deux tendances que nous ne voyons pas toujours en nous : d’abord que nous avons beau nous être affranchis de la religion, notre empreinte chrétienne persiste, et nous voudrions pourtant que les musulmans renoncent à leur propre empreinte ?!  ensuite, que nos sociétés brinquebalées par les inégalités, la crise financière et la perte de sens, sont travaillées en profondeur par des révoltes qui, de la place Syntagma d’Athènes à la Puerta del Sol madrilène pourraient très bien donner lieu à des révolutions. Oui, ces révolutions qui traversent le monde arabe nous concernent, les réactions de craintes et de repli qui s’expriment ici, mais aussi les mouvements citoyens similaires naissant en Espagne ou en Grèce en témoignent. Nous ne pouvons rester en dehors de ces mouvements qui traversent le monde.

6MdM, de par sa longue présence dans de nombreux pays de cette zone, est un observateur attentif de ces évolutions. Le choix qui a été le notre de privilégier des approches partenariales trouve ici sa légitimité. En appuyant des acteurs de la société civile en Égypte ou en Turquie, par exemple, nous sommes au plus près des besoins des populations. En travaillant conjointement avec des organisations africaines et arabes à l’accueil des migrants aux frontières de la Libye, nous apportons des réponses humanitaires et démontrons que la notion de solidarité internationale prend ici tout son sens. En dénonçant en France le peu d’intérêt, voire le rejet, manifesté à l’égard des migrants tunisiens, nous participons à ce nécessaire effort de compréhension des dynamiques en cours et de solidarité à l’égard de peuples en mouvement.

7Avec la mort de Ben Laden, l’ère de l’après-11 septembre semble avoir commencé, faisant valser la realpolitik qui consistait à tolérer des autocraties pour éviter d’hypothétiques théocraties. C’est plus que jamais le moment de poursuivre ces efforts de compréhension mutuelle. Les acteurs de la solidarité ont sans doute une place et une responsabilité particulières dans cet effort. En menant des actions en commun, des acteurs de la société civile ici et là-bas répondent à des besoins pour des populations précaires ou stigmatisées, mais démontrent aussi qu’il y a une place dans les sociétés pour des professionnels engagés. En témoignant ensemble, sur les deux rives de la Méditerranée, de l’inhumanité des politiques migratoires mises en place par les pays européens, nous démontrons sans doute mieux que quiconque que les décrets et circulaires européens ne visent tous qu’à une seule chose : contraindre les pays du Sud à réguler eux-mêmes les flux migratoires et externaliser la gestion des migrants aux portes de l’Europe et ce au mépris du respect de certains droits fondamentaux.

8Les révolutions actuelles dans le monde arabe, sont certes un signal que les peuples adressent à leurs dirigeants. Peut-être même aussi aux dirigeants des nations occidentales. Mais c’est aussi un appel que les acteurs de la solidarité internationale doivent entendre. En étant depuis des années engagés dans des programmes humanitaires ou de développement, en appuyant la société civile, ils ont peut-être joué un petit rôle dans le processus qui s’est cristallisé ces derniers mois. Ils ont en tout cas très certainement une place dans ces évolutions en cours et à venir. En montrant que des partenariats sont possibles, nous luttons contre les discours de rejet de l’Autre en vigueur en Europe notamment. En témoignant d’une réelle vitalité, la jeunesse arabe nous ouvre la voie. À nous de saisir cette chance, pour peu que la curiosité de l’autre et la réciprocité soient au centre de nos préoccupations.

Haut de page

Notes

1  Humanitaire, Islam et solidarité, n° 17, été 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Bernard, « Voie de la jeunesse arabe, voix de la société civile », Humanitaire [En ligne], 29 | 2011, mis en ligne le 14 décembre 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/927

Haut de page

Auteur

Olivier Bernard

Olivier Bernard est président de Médecins du Monde

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org