Navigation – Plan du site
Dossier

Tunisie : aux portes du chaos

Djawad Guerroudj

Résumé

Le docteur Djawad Guerroudj nous livre le récit de la mission dépêchée par Médecins du Monde en Tunisie, mais également en Égypte, pour évaluer la prise en charge des personnes ayant dû fuir la Libye. Une expérience éclairée par un autre récit, celui du partenaire de Médecins du Monde, l’Association malienne des expulsés (AME).

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés géographiques :

Libye, Tunisie
Haut de page

Texte intégral

1Le docteur Djawad Guerroudj nous livre le récit de la mission dépêchée par Médecins du Monde en Tunisie, mais également en Égypte, pour évaluer la prise en charge des personnes ayant dû fuir la Libye. Une expérience éclairée par un autre récit, celui du partenaire de Médecins du Monde, l’Association malienne des expulsés (AME).

2Médecins du Monde (MdM) s’est rendu en Tunisie à la frontière libyenne à Ras Jdir dès le 25 février. L’association nourrissait le projet d’intervenir rapidement à Tripoli dans le cadre d’une mission médico-chirurgicale. L’insurrection libyenne n’en est alors qu’à ses débuts et chacun table sur une conclusion rapide de cette révolution. Mais sur place, l’association se retrouve confrontée au spectacle chaotique du flot de réfugiés provenant de Libye. De cinq mille personnes par jour on passe rapidement à quinze mille arrivants quotidiens, dans une zone semi-désertique, sans infrastructures (la ville la plus proche, Benguerdane, est à 30 kilomètres) avec seulement un hôpital de campagne de l’armée tunisienne. Tout le monde s’attendait à un afflux de blessés de guerre qu’on ne verra finalement jamais arriver.

3Les structures d’accueil (villages de tentes, latrines, etc.) tarderont à se mettre en place tandis que les vagues successives et ininterrompues de réfugiés, d’abord égyptiens puis bangladais, philippins, coréens et enfin africains déferleront sur place avant la mise en place de ponts aériens permettant leur évacuation vers leurs pays respectifs.

4La mission de MdM incluant des représentants maliens de l’AME (Association malienne des expulsés) et de l’ARACEM (Association des refoulés d’Afrique centrale au Mali) arrivera sur place en même temps que les premiers groupes d’Africains fuyant la Libye, souvent après avoir été maltraités et dépouillés de leurs biens par les milices de Kadhafi.

5C’est qu’en Libye, les Africains représentent en quelque sorte le « lumpenprolétariat » des travailleurs. Leur nombre est estimé entre 1,5 et 2 millions de personnes, la majorité provenant de pays frontaliers ‑ Tchad, Soudan, Niger et Mali ‑ et n’envisageant pas d’émigrer vers l’Europe. Nombre d’entre eux sont d’ailleurs restés sur place, espérant un retour rapide à la normale. On a ainsi pu voir, il y a peu, l’Office international des migrations évacuer des milliers d’Africains de Misrata assiégée.

6Dans le camp de transit Choucha, à la frontière tuniso-libyenne

7Par Jean Richard THIENOU, Alassane DICKO et Oumar SIDIBE,

8respectivement psychologue référent, membre du pool Plaidoyer

9et membre du pool Solidarité de l’Association malienne des exilés (AME)

10Une visite au point de débarquement à la frontière libyo-tunisienne nous a permis de constater la régularité des arrivées d’immigrés de diverses nationalités, des ballots sur la tête et fatigués par le parcours de Tripoli et Bengazi jusqu’à la frontière tunisienne. Certains arrivent par bus et d’autres à pied, mais tous les arrivants sont pris en charge par les services de sécurité et de la santé publique tunisienne en coordination avec le Croissant-Rouge tunisien pour leur acheminement vers le camp.

11À leur arrivée à la frontière de Ras-Jedir, les migrants sont enregistrés par les services tunisiens et les documents d’identification (carte d’identité, passeport, laissez-passer consulaire) sont collectés par ces services pour ensuite faciliter leur séjour et leur prise en charge au camp de transit. L’Office international des migrations (OIM) se base sur ces documents pour prévoir leur acheminement vers les pays d’origine.

12La mission exploratoire menée conjointement par Médecins du Monde et l’Association malienne des exilés a conduit l’équipe dans le camp de transit qui comprend en réalité deux camps. L’un est tenu par les Saoudiens pour accueillir les réfugiés soudanais. Plus loin, se tient celui de Choucha où se rendent tous les autres travailleurs migrants arrivants de Libye, entre autres les Bangladais, Somalis et des Ouest-Africains, ces derniers étant en majorité maliens, ghanéens et ivoiriens.

13Le camp est apparemment bien gardé, tenu par l’armée tunisienne, avec des groupes de bénévoles qui s’occupent de la salubrité, des aménagements d’espace et de l’orientation des arrivants.

14Plusieurs ONG internationales telles ACF ou MSF sont présentes ainsi que les Nations unies à travers le HCR ou l’Unicef. Les Croissant-Rouge des pays arabes et maghrébins sont également présents ainsi que le Secours islamique France, venu pour soutenir les efforts des Tunisiens afin d’aider les immigrés qui viennent se réfugier dans ce camp. Les hôpitaux mobiles sont alignés à l’entrée principale du camp avec des tentes bien rangées et du matériel. Le dispositif de santé est bien géré avec une quarantaine de médecins marocains et tunisiens qui consultent tous les jours.

15Chaque immigré qui arrive au camp reçoit un pack alimentaire (biscuits-lait-jus de fruits-bouteille d’eau), une couverture et des vêtements contre le froid. En groupe, ils partent se loger dans les tentes construites au fur et à mesure des arrivées. Le camp s’étend sur un vaste espace ouvert au vent, aménagé par les militaires qui prennent en compte les prochaines arrivées ; il s’agrandit de jour en jour pour accueillir des milliers de personnes migrantes fuyant les troubles en Libye.

16Des psychologues et des psychiatres sont également présents : quatorze psychologues du FNUAP (Fonds des Nations unies pour la population), cinq psychologues de l’Unicef, quatre psychologues de MSF, deux psychiatres de l’hôpital marocain installé au camp et un psychologue de MdM France. L’équipe a fait face à de nombreuses sollicitations mais l'apport principal reste les groupes de paroles, l'écoute psychologique, l'orientation vers les services d'urgences. Nos deux tentes ne désemplissaient pas.

17Les entretiens individuels ont été réalisés à la demande des personnes concernées ou après qu’elles ont été envoyées par des collègues ou leur entourage. Les groupes de paroles ont permis de détecter certains cas critiques envoyés chez le psychologue, le psychiatre ou même dans l’un des hôpitaux militaires.

18En tout, trente-huit entretiens individuels ont été réalisés, révélant notamment un cas de psychose aiguë, un autre de crises épileptiformes et plusieurs cas de troubles anxieux, dépressifs résultant des traumatismes vécus. Trente-trois groupes de paroles – ayant concerné directement deux cent quatre-vingt-quatre personnes dont six femmes (avec quatre enfants) – ont été réalisés.

19Parmi les rapatriés subsahariens, certains manifestaient une réticence à se faire soigner dans les hôpitaux marocain et tunisien au motif que les soignants seraient « les mêmes », c'est-à-dire semblables à ces Libyens qui refusaient de leur donner des soins même en cas de maladie grave. En Libye, ces ressortissants recouraient à l’automédication avec tous les risques que cela comporte.

20Les entretiens individuels ont néanmoins permis à ces personnes de comprendre la différence entre ces peuples, le caractère humanitaire de la mission des médecins marocains et tunisiens et d’accepter les soins qui leur étaient offerts. Au cours des groupes de parole, les gens parlent plus aisément qu’en entretien individuel. Les Maliens, par exemple, ont tendance à s’exprimer mieux en groupe, même s’il s’agit parfois de traumatismes très intimes.

21Nous profitons des rencontres de groupe afin d’avoir plus d’ouverture sur des sujets souvent épineux à traiter en consultation individuelle car dans le groupe les participants se hissent les uns les autres vers le haut. Très souvent, les idées se complètent. Les phrases même sont commencées par certains et finies par d’autres, ce qui en réduit le « poids ». Dans les groupes de paroles, nous avons pu effectuer un travail de sensibilisation comportementale qui permet de clarifier et de dédramatiser certains symptômes de l’anxiété : «…maintenant, j’ai de plus en plus peur quand je suis seul », ou bien « je n’arrive pas à dormir », sont des signes décrits par le patient. Le fait de retrouver ces mêmes symptômes chez les autres participants donne à la personne un sentiment de sécurité.

22Les sujets qui reviennent le plus fréquemment dans les discussions de groupe sont vraiment fonction de la population. Chez les Maliens, les sujets les plus récurrents sont les conditions de vie au camp. Ils se plaignent souvent de devoir se lever tôt le matin pour avoir accès à la nourriture ou de ne pas en avoir assez. Les Ivoiriens semblent, eux, plus inquiets par rapport à leur retour en Côte d’Ivoire. Ils sont deux sur quatre à ne pas vouloir y retourner. Les Bissau-Guinéens ont, quant à eux, évoqué les expériences douloureuses qu’ils ont vécues en Libye, notamment les mois passés en détention.

23Les entretiens individuels servent dans ce contexte précis à faire parler les gens. Les réfugiés ont besoin de parler et de verbaliser leurs troubles. Le psychologue aide seulement le patient à s’exprimer librement et sans tabous. Mais ces entretiens ont aussi permis de détecter les urgences ainsi que les cas graves nécessitant une prise en charge thérapeutique immédiate. On explore les traumatismes récents subis par les patients.

24Certains qui sont vus au cours des entretiens ont relaté essentiellement leur vécu en Libye. Pour ceux qui étaient en prison, ce sont les conditions de détention déplorables qui reviennent le plus, la violence physique et morale, les insultes, le manque de nourriture et de soins… Les sévices envers la population subsaharienne semblent aussi être perpétrés sur les lieux de travail. Un des patients rapporte que lors d’un accident de travail au cours duquel il a perdu un doigt, son employeur a refusé de le faire soigner et l’a même obligé à travailler malgré ce doigt coupé. Les salaires sont également un autre moyen de pression sur les travailleurs étrangers. Ils ne sont jamais payés ou du moins pas en totalité. Les employés ne peuvent donc pas quitter leur travail de peur de ne jamais être indemnisés et en même temps ils se retrouvent à travailler sans être rémunérés. La rue libyenne n’est pas, elle non plus, très clémente avec les Subsahariens. L’histoire des enfants qui lancent des pierres à tout Noir qui passe dans la rue revient assez souvent. Un des patients rapporte avoir été victime d’un lynchage dans la rue, où les gens lui criaient « Rentre chez toi ! ».

25Les traumatismes sont frais mais donc aussi plus propices à la prise en charge. Nous ne sommes pas encore en présence de troubles installés et systématisés. La prévention de ces troubles est encore possible à ce stade.

26Ainsi, un grand nombre de Maliens a contracté des « dettes » en Libye auprès des saints et des fétiches protecteurs de leurs villages. Le Malien qui se retrouve dans une situation difficile prie les saints de le protéger en échange d’un sacrifice qu’il honorera à son retour. En soi, cela peut constituer un réel problème financier. C’est le cas de ce jeune malien qui fut braqué, une arme sur la tempe, et qui  promit au saint de son village, le saint Flakali, que s’il sortait de là vivant, il ferait sacrifier un mouton. On dit également qu’un Malien qui revit des difficultés après cela (manque de travail, malchance, maladie physique et surtout mentale) est victime de la vengeance de son saint protecteur. Ce genre de vécu renforce la vulnérabilité psychologique des gens et les rend sensibles à toutes ces croyances qui leur procurent malgré tout courage et force.

27La présence de l'AME a également permis de faire beaucoup de médiation entre les migrants maliens et les services du camp mais plus particulièrement avec les responsables de l'ambassade du Mali en Tunisie pour les formalités administratives et la programmation des départs individuels des migrants qui n’étaient pas en nombre suffisant pour un vol groupé avec l'OIM qui délivrait des billets aux demandeurs d'acheminement vers le pays d'origine.

28La valeur ajoutée de cette mission reste l'aperçu du lieu de transit et la connaissance du public cible que les intervenants auront à « traiter » une fois de retour au pays. Cela a été bénéfique car nous avons établi un premier contact avec lui en aval et lorsqu’ il est arrivé au Mali : la suite du dialogue fut plus aisée. De fait, à notre arrivée à Bamako, nous avons pu reprendre le contact avec les rapatriés et poursuivre les soins de santé mentale.

29Médecins du Monde a également lancé une mission équivalente en Égypte, à Salloum, même si elle présente une différence fondamentale avec son homologue. Si la Tunisie a, en effet, ouvert ses frontières à tous ceux qui fuyaient la Libye, sans restrictions et avec une bienveillance évidente, l’Égypte a cantonné les réfugiés dans un véritable no man’s land. Sur une languette territoriale de quelques centaines de mètres de large, les autorités égyptiennes ont refusé que l’on puisse y établir des camps de toile pour ne pas y fixer les populations, ne laissant pénétrer en Égypte que ceux munis d’un titre de transport valide.

30Actuellement, y sont « coincés » les non rapatriables : Somaliens, Érythréens, Éthiopiens et Darfouris dont l’UNHCR ne sait que faire. Leur accueil dans un pays « occidental » risque, selon l’UNHCR, de créer un « appel d’air ». Cela concerne environ six cents personnes, souvent des familles avec enfants.

31En Tunisie, la solidarité de la population a été immédiate, évidente et revendiquée comme acte d’expression citoyenne dans un pays où la société civile avait enfin le droit de s’exprimer. Et donc de manifester sa solidarité avec une révolution équivalente à celle que venait de vivre la Tunisie. À noter que la Tunisie a accueilli de façon transitoire sur son territoire environ quatre cent mille personnes (rapport FIDH du 15/05/2011).

32Sur place, notre équipe a eu à faire face à une demande d’aide psychologique explicable par les conditions de vie très difficiles en Libye (racisme, exploitation), la rupture brutale représentée par la révolution, l’échec du projet migratoire (retour forcé au pays et sans aucune ressource).

33Phénomène nouveau, pratiquement tous les migrants subsahariens ont exprimé leur volonté de ne plus émigrer, le prix à payer en étant trop lourd. La dignité a primé sur les nécessités économiques.

34Sur place, la présence dominante des agences de l’ONU (OIM, UNHCR) et des Croissant-Rouge n’a pu éclipser les ONG des pays arabes : Turquie, Maroc, Émirats, Qatar, nouveaux acteurs de la solidarité internationale. Les Marocains ont mis en place un hôpital de campagne remarquablement équipé matériellement et humainement (il a été incendié fin mai lors d’affrontements). Les Émirats ont organisé un camp de toile remarqué pour son organisation et son confort, mais aussi pour la rigidité de son règlement intérieur.

35Au bout d’un mois de présence, nos équipes sont rentrées, le flot de réfugiés s’étant amenuisé, la couverture sanitaire était correcte. Nous sommes restés en veille, surtout vis-à-vis du deuxième poste frontière plus au sud à Dehiba, zone d’affrontements entre insurgés et Khadafistes, affrontements ayant parfois débordé en Tunisie. Pris en tenaille entre la Libye de Khadafi et l’Algérie qui soutient Khadafi, les Tunisiens restent très vigilants et inquiets quant à l’évolution de la situation en Libye.

36Ces révolutions vont modifier de façon profonde l’expression de la solidarité entre ces pays : ceci est évident au niveau de la Tunisie et de sa société civile. Cela l’est moins en Égypte, mais le desserrement de l’étau sur Gaza avec l’ouverture de la frontière l’a été sous la pression de la rue. Il l’est aussi pour la Turquie qui s’est positionnée de façon très médiatique avec le bateau pour Gaza et a été très présente aux frontières de la Libye. Le tout, appuyé par la puissance financière des pays pétroliers, est en train de modifier la relation qu’ont ces pays entre eux mais aussi avec l’Occident. Le partage de valeurs communes de liberté et l’ouverture des sociétés civiles nous offre une opportunité unique de devenir partenaires de ces (r)évolutions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Djawad Guerroudj, « Tunisie : aux portes du chaos », Humanitaire [En ligne], 29 | 2011, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 27 mars 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/934

Haut de page

Auteur

Djawad Guerroudj

Djawad Guerroudj est médecin, membre de Médecins du Monde

Articles du même auteur

  • Ceux qui brûlent… [Texte intégral]
    Virginie Lydie, Traversée interdite : les harragas face à l’Europe forteresse, Editions « le passager clandestin », 2011
    Paru dans Humanitaire, 29 | 2011
Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org