Navigation – Plan du site
Lire, écouter, voir

Crise humanitaire en pays riche

Romain Huret, Katrina, 2005, L'ouragan, l'Etat et les pauvres aux Etats-Unis, Editions de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Collection Cas de figure, Paris, 2010
Philippe Ryfman
Référence(s) :

Romain Huret, Katrina, 2005, L'ouragan, l'Etat et les pauvres aux Etats-Unis, Editions de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Collection Cas de figure, Paris, 2010

Entrées d’index

Mots-clés thématiques :

Catastrophe naturelle, Reconstruction, Victime

Mots-clés géographiques :

Etats-Unis
Haut de page

Texte intégral

1Le cyclone Katrina qui frappa La Nouvelle-Orléans à la fin août 2005 a marqué durablement – durant la décennie précédente – les esprits aux Etats-Unis bien sur, mais aussi dans le reste du monde. Tant par l'ampleur des pertes humaines et matérielles qu’en raison de l'incapacité qu’a semblé afficher un pays développé – de surcroît première puissance mondiale – à faire face à la gestion d’une telle catastrophe, ainsi qu’à ses conséquences. Il en est résulté qu'une ville majeure du pays au triple plan économique, politique, et culturel – par ailleurs historiquement symbolique et à la notoriété mondiale – ne s'en est jamais vraiment relevée.

2Sur le plan politique, les multiples critiques – dans les mois qui suivirent – de la stratégie mise en œuvre par le pouvoir fédéral atteignirent une telle ampleur qu'elles marquèrent – bien plus que la guerre d'Irak – une rupture (une sorte de « commencement » de la fin) pour l'administration de George Bush Jr. un an à peine après sa facile réélection. Si de nombreux ouvrages ont été naturellement consacrés aux Etats-Unis, à ce désastre (aux divers sens du terme) ils sont demeurés par contre, peu nombreux en France, à l’exception de quelques récits factuels. Or, pour bien appréhender les différentes facettes de Katrina, ainsi que les champs dans lesquels ses conséquences se sont déployées, il est impératif de pouvoir disposer d’approches transversales. Le premier grand mérite du livre de Romain Huret, jeune chercheur spécialiste de l'histoire américaine au XXème siècle est, précisément, celui-là. Il nous fournit, en effet, (en format de poche en outre, ce qui n'est pas si fréquent pour ce type d’essai) une bien belle synthèse à la fois parfaitement rigoureuse sur le plan scientifique, et rédigée dans un style fluide, avec une écriture nullement desséchée (comme peuvent l'être parfois des travaux de chercheurs), mais au contraire  pleine d'empathie pour les plus vulnérables des victimes, à commencer par les pauvres.

3La seconde qualité de l’ouvrage tient à ce que l'auteur n'appartenant pas à la communauté humanitaire, l’extériorité du regard qu'il porte sur le traitement de la catastrophe par les autorités américaines et les attentes des citoyens est précieux. Intelligemment construit ce travail est riche d'enseignements pour les agences d'aide qui s'efforcent d’améliorer à la fois la prévention et la réponse opérationnelle aux catastrophes.

4Après une introduction qui rappelle les difficultés pour un historien de travailler sur l'histoire du temps contemporain où la « faiblesse des sources et des archives mises à disposition aiguise les réticences et fait craindre une approche journalistique centrée sur l'évènement et se contentant de reproduire les propos des acteurs » (p. 17), Huret expose les grandes lignes de sa démarche. Il souligne qu'aux Etats-Unis – dans certains Etats au moins – les désastres de la nature font partie de la vie quotidienne américaine depuis l'origine du pays et qu'ils s'enracinent « dans un environnement social bien circonscrit » (p. 24). Il rappelle que « naturaliser » une catastrophe c'est faire l'impasse sur des réalités sociales intangibles, alors que le risque n’existe pas en soi, mais est une construction sociale.

5A la Nouvelle Orléans le fait que ce soient les plus vulnérables qui n’aient pas été évacués et soient restés en ville a donné « à voir l'Amérique des gens de peu et des laissés-pour compte, trop souvent invisible dans le discours et l'espace publics. L'ouragan provoque ainsi un étonnant face-à-face entre les citoyens pauvres et l'Etat fédéral reconstruit par les conservateurs au pouvoir » (p. 25). Pour l’auteur, Katrina donne ainsi à voir certes les défaillances de l'Etat américain en ce début de XXIème siècle, mais aussi – sinon surtout – sa « profonde rationalité… son obsession sécuritaire et sa régression sociale » (p. 27). Autrement dit alors que ce type de catastrophe est fréquent en Louisiane et dans les Etats limitrophes et que les habitants attendaient une intervention forte de l'Etat fédéral, ils ont eu à affronter ses carences. Lesquelles, nous dit Huret, sont à questionner.

6Sa thèse – fort subtile – est qu’elles ne sont pas prioritairement les résultats d'incompétences et d'erreurs politico-administratives. Mais qu’au contraire elles découlent – fort logiquement, selon lui – de choix politiques délibérés effectués et mis en œuvre antérieurement. L’auteur explique que c’est la finalité même de l'intervention de l'Etat fédéral qui a été profondément altérée aux Etats-Unis par les gouvernements conservateurs qui se sont succédé à partir de la présidence Reagan au début des années quatre-vingt avec le Président Reagan. La présidence Clinton en a certes atténué les effets les plus radicaux, mais n'a pas fondamentalement remis en cause cette politique. Les conservateurs ont ainsi élaboré un modèle d'Etat dit « contractuel » (contract state) qui s’est peu à peu imposé et qui se caractérise « par une volonté de privatisation de l’autorité publique et une priorité accordée à la sécurité nationale » (p. 26).

7L’analyse de l’auteur se décline en deux parties, la première portant sur « lestemps de la catastrophe ». Dans des pages saisissantes, il nous donne à voir d'abord le récit même de son déroulement. Au passage d'ailleurs, ce chapitre témoigne de la supériorité qui demeure de l'écrit sur les images, pour la compréhension fine de pareils contextes. Certes celles-ci avaient frappé, mais elles ont largement ignoré toute une série de vécus de Katrina par divers segments de la population, et que le livre restitue bien. Qu'il s'agisse, par exemple, du sort des détenus dans un pays, où le nombre de personnes incarcérées pour crimes et délits, atteint un niveau record. Ou de la réalité – au-delà des fantasmes et rumeurs – de la situation sanitaire et sécuritaire à l'intérieur du fameux Superdome, stade dans lequel s'étaient réfugiés plusieurs milliers de personnes.

8Le second temps est celui de l'indignation, des rumeurs et de l'interrogation sur le « jeu des responsabilités (blame game) ». Deux hommes vont cristalliser la critique citoyenne : le Président George W. Bush et Michael Brown, le directeur de la FEMA (Federal Emergency Management Agency) l'agence fédérale en charge – théoriquement croient l’opinion publique américaine et les habitants de Louisiane – de la réponse étatique aux catastrophes. Concernant Brown, Huret note qu'il s'agit d'un « piètre fonctionnaire, engagé davantage par souci électoraliste que pour ses compétences » et qui incarne le népotisme de l'administration Bush. Il n'a d'ailleurs aucune qualification particulière en matière de gestion des catastrophes naturelles (p. 83)… Cette situation sera jugée a posteriori comme inacceptable par nombre d’américains (qu’ils soient ou non résidents de la région touchée) ainsi que par les principaux media et débouchera sur un véritable scandale civique.

9L'auteur termine cette première partie en replaçant de façon très documentée et dans le temps long historique les types successifs de réponses des autorités américaines aux désastres naturels tout au long du XXème siècle, tant au niveau fédéral qu'à celui des Etats et des pouvoirs locaux. Ce qui nous permet de retrouver une veille connaissance de l'histoire humanitaire, en la personne d’Herbert Hoover. En 1927, celui qui est alors Ministre du Commerce du Président républicain Coolidge réendosse, en effet, les habits de l'humanitaire qu'il fut durant la Première Guerre Mondiale et au début des années vingt lors de la famine en URSS. Il est désigné pour diriger un Comité spécial chargé de venir en aide aux nombreuses victimes d’inondations gigantesques qui ravagent alors plusieurs Etats sur tout le cours du fleuve Mississippi (p. 102). Or, selon Huret, la gestion par Hoover de l'assistance aux populations si elle aboutit à d'incontestables résultats positifs en termes d'efficacité, va le conduire – sur un plan conceptuel – à théoriser un nouveau rôle pour l'Etat fédéral et à inventer le modèle d’ « Etat paternaliste ». En vertu de ce dernier, l’Etat certes apporte des secours mais seulement de manière exceptionnelle. Le rôle premier que lui assigne Hoover est de coordonner l'action des agences privées et publiques qui sont directement elles préposées à l'aide aux victimes. Cette catastrophe naturelle aura en tout cas – et à l’égal de tant d’autres – des  conséquences politiques, puisque les succès remportés par Hoover sur le terrain renforceront sa stature nationale déjà solidement établie et faciliteront son élection à la Maison-Blanche en 1928.

10Dans une seconde partie intitulée « L'Etat américain, la sécurité et les pauvres » notre auteur consacre un chapitre très informé et riche en réflexions à l'Etat-Providence américain depuis le New Deal rooseveltien des années trente, à son évolution et à son rapport aux pauvres. Il note que « pour beaucoup d'américains, l'ouragan Katrina fut un moment de "redécouverte" de la pauvreté dans leur pays » (p. 120). Puisque celui-ci a spectaculairement souligné l'effacement – depuis plusieurs décennies – des pauvres de l'espace public, en corrélation avec la montée en puissance du pseudo-concept de « mauvais pauvre ». De ce point de vue, la catastrophe sera pareillement grosse de conséquences politiques, car elle provoquera un débat sur le retour à plus d'assistance aux défavorisés. Diverses mesures prises par l'administration Obama depuis son entrée en fonction en 2009 s'inscrivent clairement dans la (relative) modification du rapport de forces qui en a découlé, entre conservateurs et partisans d’une plus grande présence de l'Etat fédéral dans l'espace public américain.

11L’avant-dernier chapitre est consacré à une étude institutionnelle de la FEMA. La redéfinition des fonctions de cette agence fédérale – surtout depuis le 11 septembre 2001 – explique intrinsèquement pour notre auteur les faiblesses criantes de son intervention à la Nouvelle Orléans en 2005. Ou plutôt sa non-intervention qui selon lui est « rationnelle, intentionnée et constitue le  prélude à une réponse sécuritaire à l'évènement » (p. 183). Enfin dans le dernier chapitre précisément consacré aux conséquences en matière de gestion des catastrophes de l' « Etat contractuel (contract state) », il souligne l'implacable logique du « contractualisme ». Puisque sont objectif premier est de sécuriser l'espace, ce qui aboutit à déléguer aux structures locales et associatives les fonctions d’assistance et le soin de prendre en charge les coûts sociaux de la catastrophe. Or, leurs moyens sont limités. Pour l’auteur, il existe dès lors de profondes continuités sécuritaires de l'Irak à Katrina (p. 208).

12Dans sa conclusion, revenant sur les divers développements qu'il vient d'y consacrer, il montre bien que l'assistance aux victimes de désastre n'est pas homothétique à l'idée d'aider les pauvres, alors que ce sont ces derniers qui en sont le plus victimes. Si les américains ont toujours été réticents vis-à-vis de celle-ci, la tradition compassionnelle – « compatissante » suivant le terme qu'il emploie (p. 221) – demeure forte.

13Ces quelques aperçus montrent l'extrême richesse de ce petit livre dont l'extériorité par rapport au milieu sera – encore une fois – profitable aux humanitaires. On regrettera juste l'absence de cartes (à l'exception de celle qui ouvre le livre) qui aurait bien utiles pourtant à la compréhension pour le lecteur de la situation des divers quartiers de la ville, des routes de l’évacuation ou dans les chapitres consacrés à des catastrophes passées. Si certaines des questions évoquées dans ce livre ont un aspect plus spécifiquement américano-centré, ce serait une manière d'évacuer leur aspect dérangeant que de s'en tenir là. Dans nombre autres endroits de la planète les thèmes de la gestion des catastrophes, du contenu de l'assistance ou de la dimension sécuritaire se posent avec autant d’acuité. On l'a vu d'ailleurs en Haïti dès les premières heures qui ont suivi le séisme du 12 janvier 2010... Un livre donc à méditer, à commenter et qui nourrit le débat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Ryfman, « Crise humanitaire en pays riche », Humanitaire [En ligne], 29 | 2011, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/947

Haut de page

Auteur

Philippe Ryfman

Professeur et chercheur associé, Université Paris I, Panthéon-Sorbonne et CESSP-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org