Navigation – Plan du site
Lire, écouter, voir

Pauline ou une leçon de vie

Pauline Kayitare (en collaboration avec Patrick May), Tu leur diras que tu es Hutue, André Versailles éditeur, préface de Colette Braeckman, 2011.
Hélène Valls
Référence(s) :

Pauline Kayitare (en collaboration avec Patrick May), Tu leur diras que tu es Hutue, André Versailles éditeur, préface de Colette Braeckman, 2011.

Entrées d’index

Mots-clés thématiques :

Enfant, Ethnie, Femmes, Génocide, Guerre

Mots-clés géographiques :

Rwanda
Haut de page

Texte intégral

1Le 6 avril 1994, Pauline a treize ans et attend avec impatience la rentrée des classes du lendemain lorsque tout bascule… Les cris en provenance du marché annonçant l’assassinat du président rwandais Habyarimana plongent brutalement sa famille et l’ensemble du peuple tutsi dans une indescriptible période de terreur. A la demande des ses parents, Pauline se sépare de ses proches. Elle échappe à la mort grâce à la promesse faite à sa mère de tenir un mensonge sur son appartenance ethnique et de se faire passer pour une Hutue.

2Dans sa fuite, Pauline surmonte ses peurs et ses douleurs grâce à l’espoir de retrouver ses frères et sœurs mais aussi à sa volonté d’avancer, d’étudier et surtout d’oublier ce génocide qui s’est achevé par la mort de plus de 800 000 Tutsis. A la question, « Et toi le génocide ? » souvent posée ensuite par les rescapés qu’elle rencontre, Pauline répond : « Le génocide, moi ? Rien. » Doucement pourtant, ce « rien » la dévore. A l’image de nombreuses victimes des tueries juives, khmères, arméniennes ou amérindiennes, pour ne citer que celles-ci, Pauline ne trouve pas dans le langage humain les mots pour raconter ce qui n’est déjà plus l’Homme.

3Quinze ans plus tard, Pauline, rongée par ses maux profonds et enfouis, rencontre un écrivain par l’intermédiaire de Colette Braeckman, journaliste belge, sollicitée par le mari de la jeune rwandaise. Déjà coauteur du livre de Yolande Mukagasana, La mort ne veut pas de moi, Patrick May prend l’histoire de Pauline en charge, l’écoute et l’aide peu à peu à se libérer de ses fantômes et de sa honte d’avoir survécu.

4Ce témoignage laisse au lecteur un important travail de réflexion l’obligeant à ne pas se contenter d’une lecture « voyeuse » de ce drame humain. Une manière aussi de rappeler que l’Opération Turquoise montée par la France, sous couvert d’intervention humanitaire et autorisée par les Nations unies, a offert aux miliciens extrémistes hutus, les Interhahamwe, un dernier havre de paix pour poursuivre les massacres dans le sud-ouest du Rwanda entre juin et août 1994. Enfin et surtout, Pauline livre une bouleversante leçon de vie sans haine ni rancœur à l’encontre de ses bourreaux, avec juste une volonté tenace d’enterrer ceux qu’elle aime dans la dignité. C’était, dit-elle, « ma nécessité intérieure ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Valls, « Pauline ou une leçon de vie », Humanitaire [En ligne], 29 | 2011, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 27 mars 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/949

Haut de page

Auteur

Hélène Valls

Rédactrice en chef du Journal des donateurs, Médecins du Monde

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org