Navigation – Plan du site

28 - JR fait le mur

17 juillet 2011
Notes de la rédaction

Il a déjà sa légende – son storytelling dirait-on plutôt aujourd’hui : un appareil photo trouvé un jour de l’an 2000 sur un banc du métro parisien et l’aventure de JR commençait. « Ni street artiste, ni photographe, mais artiviste urbain », revendique celui qui cache toujours son visage derrière des lunettes et sous un chapeau
(p. 105, haut), cultivant ainsi l’anonymat de qui sait faire parler de lui et préfère s’effacer devant ceux qu’il montre. Et il le fait de belle manière. Mais que fait-il ce JR, au juste ? Et bien il montre les gens tout simplement, ceux que « le monde oublie peu à peu », dirait-on à Médecins du Monde, ceux que l’on ne voit pas, ceux qui ne se voient plus dans les yeux des autres. Il les photographie, souvent au 28 millimètres, nom qu’il a donné au projet qui l’a fait connaître, puis il réalise des tirages grand format qu’il affiche sur les murs des villes, des villages, des favelas de Rio (pp. 108 et 112) aux ruelles de Delhi (p. 105, bas). Parfois, comme dans le ghetto de Kibera à Nairobi (pp. 106 et 110), ce sont les toits de maisons ou les trains qui se parent des visages et des regards des habitants et qu’il photographie d’hélicoptère : en somme JR serait un YAB [Yann Arthus-Bertrand] qui aurait réintégré l’homme, espèce en voie de disparition, dans son tissu urbain. La rue est ainsi devenue « la plus grande galerie d’art au monde » et JR son artiste le plus inventif, adoubé par l’Américain Shepard Fairey qui en sait aussi un rayon sur la manière de quadriller les murs de nos villes et abattre ceux de nos incompréhensions.

Le site de JR : www.jr-art.net
Voir également ses projets récents :
www.insideoutproject.net

  • (image/jpeg – 40k)
  • (image/jpeg – 119k)
  • (image/jpeg – 63k)
  • (image/jpeg – 45k)
  • (image/jpeg – 57k)
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org